Handicap : les promesses d’Emmanuel Macron

Quinze ans après la loi Handicap, quelles nouvelles mesures vont être prises pour que les personnes handicapées aient, en France, « une vie comme les autres et au milieu des autres » ?

Accélérer le traitement des demandes

La loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » avait posé des bases. Mais nombreuses étaient les mesures encore à prendre pour que chacun joue à armes égales dans la vie. Pour ce faire, l’actuel locataire de l’Élysée a annoncé trois objectifs clés. D’abord, une aide financière supplémentaire sera proposée aux personnes handicapées afin de « permettre à chacun de vivre une vie digne, une vie libre ».

Des mesures pour l’égalité des chances © Pressmaster

Un « accord de confiance » a par ailleurs été signé entre l’État et Dominique Bussereau, président de l’Association des départements de France. Son but : que d’ici à 2021, plus « aucune demande d’AAH » ne soit « traitée en plus de trois mois ». Un progrès qui s’ajoute aux « droits à vie » accordés aux personnes handicapées. Celles-ci n’ont plus à justifier tous les trois ans de leur infirmité pour percevoir l’allocation adulte handicapé (AAH).

Un numéro unique en 2021

Emmanuel Macron s’est par ailleurs engagé à faire en sorte que « plus aucun enfant » ne soit « sans solution de scolarisation à la rentrée de septembre » 2020. « Nous visons le recrutement de 11.500 AESH supplémentaires d’ici à 2022 », a-t-il promis afin de remédier à la pénurie actuelle. On devrait ainsi en compter 66.000 fin 2020, contre 55.000 en 2017. À cela va s’ajouter l’introduction d’un « module handicap dans la formation initiale de professeurs des écoles et des enseignants du secondaire ».

L’accueil et de l’inclusion des personnes en situation de fragilité dans la société est essentielle © Denis Kuvaev

Par ailleurs, en sus de 45 « unités psychosociales » supplémentaires au sein des écoles ou en lien avec elles d’ici à 2022, en sus des 225 déjà prévues, le « forfait diagnostic et intervention précoce » instauré en 2019 pour les enfants autistes de 0 à 6 ans sera étendu aux 7-12 ans. Enfin, pour que « d’ici à 2021, aucune personne » handicapée, « enfant comme adulte, ne soit laissée seule dans la recherche de sa solution », un numéro de téléphone unique, le 360, sera créé le 1er janvier 2021. Il permettra de joindre « 400 communautés d’accompagnement qui se coordonneront pour trouver des solutions ».

Illustration bannière : ‘Permettre à chacun de vivre une vie digne, une vie libre’ – © Olesia Bilkei

Cet article Handicap : les promesses d’Emmanuel Macron est apparu en premier sur consoGlobe.